Déterminez votre budget mensuel

 

Il est facile de se sentir dépassé quand on pense à ses finances, surtout quand on est bien endetté. La meilleure façon de déterminer votre budget mensuel est de commencer en détaillant votre revenu familial mensuel et vos dépenses mensuelles totales. Pour que ce soit plus facile à analyser, il est idéal de distinguer deux catégories : fixe et discrétionnaire.

 

Dépenses fixes : Les dépenses fixes sont celles qui sont relativement les mêmes chaque mois; souvent, elles surviennent à la même date chaque mois. Elles sont généralement non négociables, y compris par exemple : versement hypothécaire ou loyer, assurance automobile et habitation, prêt automobile, autres remboursements de prêts, paiements de cartes de crédit, téléphone cellulaire, électricité, pension alimentaire (le cas échéant) et frais médicaux tels que médicaments, soins orthodontiques, etc.

 

Dépenses discrétionnaires : Après vos dépenses fixes, passez en revue vos frais ou paiements discrétionnaires. Les dépenses discrétionnaires peuvent changer d’un mois à l’autre. Elles concernent habituellement des choses que les ménages reconsidèrent quand ils veulent réduire leurs dépenses ou libérer des fonds. En font partie l’épicerie, le câble/services vidéo, Internet, l’essence, les sorties, le restaurant, etc.

 

Le but d’un budget mensuel est de déterminer quelle part de votre revenu mensuel est consacrée à des factures et combien il reste pour des sorties et d’autres dépenses. Il est important de faire le point périodiquement sur vos habitudes de dépense, pour vous assurer de vivre selon vos moyens, sans étirer votre budget au point où vous augmentez vos dettes. Il est facile de payer avec une carte de crédit en se disant « je rembourserai plus tard ». Cependant, à moins d’une situation d’urgence (p. ex., soins vétérinaires, réparation automobile), mieux vaut éviter cette mentalité et ne dépenser que ce que vous avez en main.

 

-Réduire ou supprimer votre forfait de câblodistribution.

-Réduire votre consommation d’énergie (baissez le thermostat et emmitouflez-vous, les mois de temps froid!).

-Réduisez la consommation d’eau (prenez des douches plus rapides, faites moins souvent la lessive).

-Mangez en route moins souvent – ou plus du tout. C’est fou ce que vous pouvez économiser en faisant votre café à la maison au lieu de le commander au service au volant!

-Apprenez à dire NON (p. ex., aux échanges de cadeaux au travail, aux sorties avec les amis, aux événements spéciaux – quand c’est possible).

-Essayez de négocier de meilleurs tarifs avec tous vos fournisseurs.

-Réduisez vos dépenses d’épiceries (ou profitez des programmes de ristournes).

-Utilisez des coupons, recherchez les soldes, collectionnez les points de fidélité pour les gros achats.

-Achetez usagé quand vous le pouvez. Il y a d’excellentes ressources pour acheter usagé, comme le marché Facebook, Craigslist ou Kijiji. Incidemment, ces ressources sont aussi excellentes pour gagner un peu d’argent! Débarrassez votre maison et vendez tout ce qui ne vous intéresse ou ne vous sert plus.

 

 

5 choses à savoir avant de rénover

           

Rénover sa maison peut être un projet majeur! Mieux vaut réfléchir avant de s’y mettre, et nous avons dressé une liste de cinq choses qu’il importe de régler :

 

1. Votre but ultime

Avant de commencer vos rénovations, il faut savoir quel est votre but ultime dans le projet. À quel point allez-vous rénover? Le faites-vous pour augmenter la valeur de revente de votre maison, ou pour améliorer votre milieu de vie quotidien? Préciser le motif des rénovations vous aidera à fixer un plan d’action et à déterminer jusqu’où vous voulez aller.

 

2. Votre budget

Après avoir déterminé la portée de votre projet de rénovation, vous devez en déterminer le budget. Fixer votre budget – et vous y tenir – est un des aspects les plus importants de tout projet de rénovation. Un projet peut facilement déraper et devenir bien plus grand que prévu si les objectifs et le budget n’ont pas été établis convenablement. Cependant, même avec le budget le plus rigoureux, il peut toujours y avoir des frais imprévus. Prévoyez donc une réserve pour éventualités. Il est tentant de viser le haut de gamme dans les rénovations, mais il importe d’envisager des options qui pourraient être tout aussi valables mais moins coûteuses.

 

3. Les permis

De nombreux propriétaires oublient de penser à un permis, mais c’est vital pour un projet de rénovation, surtout un grand projet. Vous trouvez peut-être qu’obtenir un permis de construction est un mal de tête dont vous n’avez pas besoin, mais n’oubliez pas que c’est un mal nécessaire pour éviter que les transformations ne vous causent de mauvaises surprises à l’avenir. Les permis sont nécessaires pour assurer le respect des contraintes en matière de structure et de sécurité incendie. Le jour où vous mettrez votre maison à vendre, dans la plupart des municipalités, des inspecteurs pourraient exiger de supprimer toute transformation non conforme. Le mal de tête futur n’en serait que plus douloureux (et plus coûteux).

 

4. Références

Assurez-vous que les travaux effectués dans votre maison seront faits de sorte qu’elle reste sûre et structurellement solide. Voilà pourquoi il est si important de demander des références à un entrepreneur. Ne vous contentez pas de témoignages de clients fournis. Communiquez vous-même avec des clients qui peuvent vous donner l’heure juste et répondre à vos questions. Demandez aussi de voir des photos avant et après des travaux réalisés par l’entrepreneur. Prenez le temps de réfléchir aux questions à poser!

 

5. Votre vie quotidienne

Ma mère a toujours été du genre à faire elle-même des travaux de rénovation. Elle faisait la peinture, elle refaisait des planchers de céramique et elle chargeait mon père de monter de nouveaux murs pour diviser de grands espaces. Les répercussions des travaux pour notre vie quotidienne ne posaient pas de problème. Cependant, si vous êtes comme moi (résolument pas un bricoleur) et prévoyez engager un entrepreneur, pensez bien à votre routine quotidienne. Arrangez-vous avec l’entrepreneur pour qu’il travaille à des heures qui perturberont le moins votre horaire, de sorte que tout le monde puisse continuer de vivre à son aise.



Ce qu’il faut savoir si vous venez d’arriver au Canada

 

Le Canada a accueilli un grand nombre d’immigrants depuis quelques années. À l’heure où tant de néo-Canadiens s’emploient à s’installer dans ce beau pays, nous voulions faire le point sur certains aspects des hypothèques et sur la façon dont les nouveaux venus peuvent devenir propriétaires.

 

Si vous avez déjà la résidence permanente ou avez reçu la confirmation du statut de résident permanent, vous êtes admissible à un prêt hypothécaire avec une mise de fonds de 5 % en supposant que vous avez un bon dossier de crédit.

 

Pour les résidents permanents qui ont un crédit limité ou les personnes qui n’ont pas encore la résidence permanente mais bien un visa de travail, il y aussi des possibilités. Divers programmes hypothécaires s’offrent aux nouveaux arrivants au Canada qui veulent acheter une maison, par l’entremise de la SCHL, de Genworth et de Canada Guaranty.

 

Pour être admissible à ces programmes, il faut avoir immigré ou déménagé au Canada au cours des 60 derniers mois, et avoir un emploi à temps plein au Canada depuis au moins trois mois. Les personnes demandant un crédit de 90,01 à 95 % doivent fournir un rapport de solvabilité international (Equifax ou Transunion) reflétant un solide profil de crédit OU deux autres sources de crédit démontrant des paiements à temps (pas d’arriérés) au cours des 12 derniers mois. Les autres sources doivent indiquer l’historique de paiements de loyer ou d’électricité/services publics, de téléphone, de câblodistribution, de cellulaire ou d’assurance automobile. Pour les personnes demandant un financement à 90 %, il faut une lettre de recommandation d’une institution financière reconnue OU six mois de relevés bancaires d’un compte principal.

 

Un courtier hypothécaire vous aidera à comprendre vos options, et il pourra vous aider à déterminer quel est le meilleur programme et le meilleur choix hypothécaire pour vous. Avant de le consulter, il y a des choses à savoir en vue de demander et d’obtenir votre premier prêt hypothécaire au Canada :

 

Documents justificatifs : Si vous venez d’arriver au pays et avez un dossier de crédit peu étoffé, des documents justificatifs vous seront utiles. Par exemple, il peut s’agir d’une preuve de revenu, d’une preuve du paiement de loyer sur 12 mois ou d’une lettre du propriétaire, de documents démontrant que vous avez des économies, de relevés bancaires ou d’une lettre de recommandation d’une institution financière reconnue. De tels documents indiquent au prêteur si vous représentez un investissement sûr pour lui.

Cote de crédit : La cote de crédit est un des éléments les plus importants pour obtenir un prêt hypothécaire. Elle indique à quel point vous êtes un emprunteur digne de confiance et elle déterminera le pourcentage de votre mise de fonds. Une des meilleures façons de vous assurer une cote de crédit favorable est d’obtenir une carte de crédit que vous utiliserez et dont vous rembourserez le solde chaque mois. Le paiement d’autres factures, comme les services publics, le téléphone et le loyer, peut aussi contribuer à votre cote de crédit et de fiabilité.

Économies : Un des aspects les plus coûteux de l’achat d’une maison est la mise de fonds. Ce montant à débourser d’avance est vital pour votre avenir. Le minimum requis peut être de 5 % ou de 10 %, tout dépendant de votre situation. Il faut savoir que si vous payez 500 000 $ ou plus pour votre maison, le minimum requis sera de 5 % pour la première tranche de 500 000 $, plus 10 % pour ce qui dépasse 500 000 $ quel que soit votre statut de résidence.

Choix du prêteur hypothécaire : Une fois que vous êtes prêt à contracter un prêt hypothécaire, il vous reste à décider auprès de qui vous voulez l’obtenir. Il y a trois grandes possibilités : une banque; une caisse populaire ou autre coopérative de crédit; ou un prêteur spécialisé. Vous avez aussi le choix de traiter directement avec le prêteur ou de passer par un courtier hypothécaire, qui pourrait vous obtenir de meilleures conditions.

Acheter une maison est toujours un projet emballant, mais plus encore pour les personnes qui viennent d’arriver au pays. C’est aussi un projet qui peut paraître difficile à réaliser, mais qui est tout à fait possible avec un peu de connaissances et de préparation!
 


Centre hypothécaire Dominion Summum